Éric Zemmour : "Pour une agriculture de qualité, rétablissons le protectionnisme"

"Les pecnos peuvent crever ! En langage technocratique bruxellois, on dit : 'je suis réservé sur les mesures qui ne respectent pas la logique du marché", lâche Éric Zemmour, pour qui c'est "la même chose". À ses yeux, nos agriculteurs - comme les Français en général - "ont transféré sur Bruxelles leur culte national de l'État et de la solidarité". Pourtant, l'Administration française fait appliquer les normes édictées par Bruxelles "comme si elles venaient de Louis XIV". Le journaliste tente de les raisonner : "Non, l'Europe n'est pas la France en grand ! L'Europe, c'est le monde en petit ! Tous contre tous, et le marché reconnaîtra les siens".

Pour Éric Zemmour, la réalité s'appelle "course à la productivité", "course à la taille", "course aux machines", "course aux Roumains payés trois sous". C'est "une bouffe de merde pour masse mondialisée". Le modèle ? "Les fruits espagnols insipides ou les porcs allemands que ces messieurs appellent dans leur jargon délicat un 'minerai'", s'insurge le journaliste.

"Les cohortes des derniers paysans français iront bientôt rejoindre au cimetière des éléphants les ouvriers, les employés et les petits commerçants", regrette Éric Zemmour, qui conclut : "À Bruxelles, cela s'appelle le progrès"....

 

 

Publié dans politique