Agnès Saal est de retour au ministère de la Culture

Source : Gala.fr

 

Agnès Saal, l'ancienne présidente de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), a fait sa rentrée au ministère de la Culture, lundi 4 juillet, après avoir été exclue plusieurs mois de la fonction publique. Sa double condamnation pour détournement de fonds publics n'a pas empêché son retour aux responsabilités.

Elle s’est fait oublier pendant six mois, avant de faire son retour en catimini. Selon les informations du quotidien Le Monde, Agnès Saal, l’ancienne présidente de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), a fait son retour au ministère de la Culture, ce lundi 4 juillet. Une nouvelle plutôt mal accueillie, au regard de l’implication de Mme Saal dans l’affaire dite « des notes de taxi ».

Souvenez-vous. Son nom avais fait la une des journaux, début 2016, lorsqu’on avait découvert le montant faramineux (plus de 40 000 euros) de ses frais de taxi à la tête de l’INA. Dans la foulée, la presse révélait aussi qu’Agnès Saal avait les mêmes pratiques lorsqu’elle dirigeait le Centre Pompidou, entre 2007 et 2014.

Condamnée deux fois par la justice pour détournement de fonds publics en avril dernier, Agnès Saal avait également été exclue temporairement de la fonction publique. Cette exclusion semble avoir touché à sa fin. Comme l’a expliqué la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu: « les fonctionnaires ne peuvent pas être révoqués du jour au lendemain par un ministre pour des raisons politiques ».

Selon Le Monde, l’ancienne directrice de l’INA en aurait aujourd’hui « fini avec les procédures, les remboursements et les amendes ». Une source interne au ministère a assuré au quotidien qu’elle s’était « remise dans les clous ».

La nouvelle mission d’Agnès Saal relève du secrétariat général du ministère. Elle devra veiller, lors des recrutements et attributions de primes, au respect de la « diversité » et de « l’égalité professionnelle ». Une tâche que ses collègues de la rue de Valois estiment tout à fait « cohérente » avec les « engagements antérieurs » de la fonctionnaire. Autre ironie du sort, l’énarque de 58 ans a été diplômée en 1983… avec la promotion « Solidarité ».

Publié dans Camarades