EELV, «le parti des Roms et de la Palestine»

Crédits photo : FRED DUFOUR/AFP

Le patron des sénateurs écologistes n'ambitionne rien de moins que de redéfinir l'écologie politique en tant que concept: «Aujourd'hui, on est devenus le parti des Roms et de la Palestine. On finit par se poser la question de son existence et de son utilité», regrette Jean-Vincent Placé. On se souvient pourtant de l'appel controversé du sénateur aux lycéens pour aller manifester leur soutien à la jeune Kosovare Léonarda Dibrani.

Les Guignols de l'info drogués. On s'en doutait

Source : lefigaro.fr

Lors de son passage sur le plateau de La Médiasphère sur LCI, Philippe Vandel a fait quelques révélations cocasses sur les coulisses de Canal+. Il a notamment évoqué la technique utilisée par la chaîne cryptée pour transporter de la drogue à Cannes lorsque les équipes s'y déplaçaient pendant le célèbre festival...


Au cours de l'émission, Julien Arnaud a demandé à son invité, auteur du récent Les Pourquoi interdits au -18 ans : «Est-ce que c'est vrai, Philippe Vandel, qu'à une certaine époque, on transportait du shit dans les marionnettes des Guignols pour aller au festival de Cannes?» Un peu surpris, le journaliste s'amuse d'abord: «C'est vrai et c'est faux!»


Philippe Vandel poursuit alors: «C'est une histoire extraordinaire que je n'ai jamais raconté. (...) Un jour, ils ont transporté une boulette de shit énorme. Pour aller à Cannes, il y avait des semi-remorques avec du matériel, ils l'ont cachée dans la tête de la marionnette de Jacques Chirac qui était président!»


Le journaliste révèle alors pourquoi cette marionnette en particulier plutôt qu'une autre: «Parce que s'ils se faisaient attraper par la police, le titre aurait été: Un kilo et demi de shit dans la tête à Chirac.» La marionnette de Jacques Chirac n'aura donc pas servi qu'à «manger des pommes»...

Démission de Faouzi Lamdaoui, encore une...

Source : LeMonde.fr

Dans les rangs socialistes, avant mai 2012, on l’appelait « le majordome » ou « le couteau suisse » de François Hollande. Un signe de l’importance fonctionnelle qu’avait prise Faouzi Lamdaoui, poussé à la démission mercredi 3 décembre après avoir été cité à comparaître dans une affaire d’abus de bien social, dans le dispositif politique de celui qui n’était pas encore président de la République.
Le conseiller à l’égalité et à la diversité du chef de l’Etat a démontré, des années durant, un dévouement de tous les instants et une capacité à se rendre à la fois indispensable et discret à François Hollande. Et avoir fait partie, comme il se plaisait à le rappeler, de « ceux qui n’ont jamais douté », à une époque où personne, ou presque, n’y croyait.
Qui est Faouzi Lamdaoui ? Dans les rangs socialistes, beaucoup demeurent perplexes, qui l’ont vu débarquer au mitan des années 2000 dans la garde rapprochée de celui qui était alors premier secrétaire. « Quand je suis rentré au PS en 1992, j’ai découvert le monde politique : que des blancs. Ça m’a confirmé que le combat passait par là », expliquait alors M. Lamdaoui, originaire de la ville algérienne de Constantine et qui, côté cursus, fait état d’« études d’ingénieur logisticien » et d’un parcours dans le privé.

Lire la suite

L’Algérie expulse 3000 clandestins ! La France, bien sûr, n'est pas l’Algérie…

Ce qui est vrai sur l'une des rives de la Méditerranée ne l'est pas sur l'autre. Des variations géographiques bien plus intéressantes que les variations saisonnières.

L'Algérie va expulser 3000 migrants nigériens. C'est le Premier ministre du Niger qui l'a annoncé sans, d’ailleurs, trouver à redire à cette mesure. Ces migrants sont en majorité des femmes et des enfants, et vivent – ou plutôt survivent – en se livrant à la mendicité. Qu'on puisse vouloir mendier à Alger, Oran ou Constantine donne une idée assez précise de l'effroyable misère qui règne au Niger.

Pour arriver en Algérie ces malheureux, ces misérables au sens que Victor Hugo donnait à ce mot, ont dû traverser le désert. Les cadavres desséchés de ceux qui n’ont pas survécu à cette épreuve jalonnent cette route infernale.

Lire la suite

C'est quand même bien la France!

Un couple de djihadistes français souhaiterait rentrer en France.

Par remords? Non,la femme est enceinte.

C'est quand même bien la France!

La CGT patron voyou : les salariés du syndicat sont de plus en plus nombreux à le traîner devant les prud’hommes.

CGT

Evidemment la CGT ce n’est pas le PS où, selon des rumeurs persistantes, une bonne partie du service communication a travaillé 40 heures par semaine, jusqu’à… l’été 2012 ! Mais la centrale de Montreuil, même si elle reste dans les clous en ce qui concerne les 35 heures, est parfois un employeur pire que les patrons voyous qu’elle voue aux gémonies.

Les litiges du syndicat avec ses salariés se multiplient. Après trois ans de lutte, Serge Crimet, un ancien du syndicat vient de gagner le procès qui l’opposait à la fédération CGT commerce-distribution-services. L’affaire est révélatrice du peu de cas que la Confédération réserve aux salariés dont elle veut se débarrasser. Comme dans une firme de Wall Street, Crimet entre en guerre contre la CGT après s’être fait débarquer pour « manquement à ses objectifs ». Lesquels ? L’histoire ne le dit pas. Ce qu’elle raconte, c’est qu’après plusieurs tentatives de licenciement, l’homme se rend un jour à son travail sans parvenir à pénétrer dans les locaux CGT de Coutances. C’est un peu comme s’il était en prison, sauf qu’il est bouclé dehors : ses camarades ont ajouté une fermeture supplémentaire à la porte pour qu’il ne puisse pas entrer. Ambiance !

Estimant qu’il s’agit d’une rupture de son contrat de travail, l’ex syndicaliste traîne alors la CGT aux prud’hommes. En première instance, il décrochera d’abord une maigrelette indemnité de 1?700 € au titre d’un reliquat de salaire et de congés payés. C’est en appel que le tiroir de la caisse enregistreuse s’ouvrira en grand. Crimet obtient 54 mois de salaire ainsi que 12?000 € de dommages et indemnités. Au total la CGT est condamnée à lui verser 132?000 €.

Vexations, intimidations, stress permanent et flicage

Trop de coups de knout : la CGT est également en bisbille avec des salariés du CE de la SNCF, dirigés d’une poigne de fer. Le syndicat-patron qui pratique une gestion humaine prédatrice comme en atteste un turn-over élevé, leur aurait parfois proposé des salaires en dessous du Smic. Ici comme ailleurs, la CGT ne sait pas négocier. L’affaire a fini par une multitude de procédures prud’homales et de plaintes pour harcèlement.

Autres récriminations, à Montreuil cette fois, au siège de la CGT ! La Centrale a été en bisbille fin 2010 avec le personnel « de la confédération, des associations et organismes ». Une soixantaine de salariés ont écrit à leur patron pour protester contre un « déni de reconnaissance » et une « entrave à l’activité syndicale ». C’est l’arroseur arrosé… Les frondeurs fulminaient contre leurs conditions de travail et appelaient leurs dirigeants à assurer « des rapports sociaux de loyauté, de respect et aussi de reconnaissance vis-à-vis des salariés des organisations CGT ».

Ils rappelaient aussi que, lors de la préparation du congrès 2009 de la CGT, le bureau confédéral s’était engagé à bâtir « un vrai projet commun sur l’organisation du travail, le contenu du travail, la définition du rôle et de la place de chacun ». Manifestement ce grand chantier est resté en l’état.

Parmi les autres griefs des frondeurs de Montreuil : le stress permanent dû à une administration « agressive » et le flicage qui est si fort que les salariés n’osent pas raconter ce qui se passe dans certains services du siège de la Confédération.

Viré comme un malpropre

Autre lieu, même grief contre la CGT et son comportement de patron voyou : en Alsace, l’ancien secrétaire fédéral de la Fédération CGT du commerce, Yucel Basarslan a demandé aux prud’hommes l’annulation de son licenciement par l’Union départementale CGT du Haut-Rhin. Victime d’une chasse aux sorcières depuis qu’il s’est présenté, en 2011, sur une autre liste que celle de la secrétaire générale mandatée par le comité central, il assure avoir été mis au goulag idéologique. Puis viré comme un malpropre. Cette situation en a ému plus d’un, y compris au sein même de la mouvance cégétiste. Il aurait reçu 250 signatures de soutien dont celles de l’ensemble des syndicats et sections CGT du commerce d’Alsace et du syndicat des cheminots.

Dans son blog spécialisé sur les déviances sociales de la CGT, Cyril Lazaro note que l’on pourrait aller vers une validation du droit à la discrimination syndicale, grâce à une jurisprudence que le syndicat est en passe de créer contre un de ses militants, tant elle est désireuse de museler les salariés ne partageant pas ses oukases…

Didier Laurens

Le magazine des contribuables

Crèche de Noël interdite en Vendée : le département en émois, Villiers «scandalisé»

Au nom du principe de séparation de l'Église et de l'État, une crèche de Noël, installée dans le hall du conseil général de la Vendée, a été retirée après une décision du tribunal administratif de Nantes. Jugeant qu'«elle ne respectait pas ce que doit être la neutralité des bâtiments publics», la fédération vendéenne de la Libre pensée avait déposé un recours.

Bruno Retailleau, le président UMP du conseil général, a annoncé qu'il y aurait appel. «Outré, scandalisé», son prédécesseur, Philippe de Villiers, a qualifié cette décision de «totalitaire» dans «le Figaro». La question de la frontière entre le culturel et le cultuel est posée au pays des Chouans.

Lire la suite

Emmanuel Petit petit petit

La France est hypocrite et lâche. Parfois, je me dis qu'en ayant été envahis par les Allemands, on serait mieux dirigés aujourd'hui.

Je connais mon fils

"Le policier ment. Je connais mon fils, il n’aura jamais agressé quiconque", mère de Michael Brown.

Je connais mon fils

La CGT et FO boycotteront la visite de Hollande à Florange

STRASBOURG (Reuters) - La CGT et FO, qui n'avaient pas signé l’accord de 2012 sur la fermeture des hauts-fourneaux d’ArcelorMittal à Florange (Moselle), ne participeront pas lundi à la rencontre organisée sur le site avec François Hollande.

Les deux syndicats, qui avaient accepté il y a un an cette même invitation du président, justifient leur décision par le non respect, selon eux, des promesses faites aux salariés. "L’action politique et la gestion du dossier ‘Florange’ a provoqué un génocide social dans notre vallée et engendré une fracture entre le monde ouvrier et les dirigeants politiques gestionnaires, François Hollande en première ligne", déclare la CGT, deuxième syndicat sur le site.


La visite présidentielle "sera ni plus ni moins une campagne de communication politique à coups d’effets de manche afin de redorer le blason du groupe (ArcelorMittal) et du président", ajoute-t-elle en invitant les salariés à manifester devant le siège administratif de l’établissement lorrain. François Hollande, qui avait soutenu le combat des sidérurgistes contre la fermeture des deux hauts-fourneaux pendant sa campagne de 2012, se rendra sur le site lundi, conformément à sa promesse faite en septembre 2013 d’y retourner chaque année.


Il lancera à Uckange les travaux d’aménagement du futur Institut de métallurgie du Val de Fensch, une plate-forme de recherche et d’essais sur les aciers du futur dont il avait annoncé la création il y a un an. Le président se rendra ensuite chez ArcelorMittal pour faire le point avec la direction et les syndicats, en l’occurrence les seules CFDT et CFE-CGC, sur la mise en œuvre de l’accord du 30 novembre 2012 qui entérinait l’extinction des hauts-fourneaux.


La direction s’engageait en contrepartie à ce qu’il n’y ait aucun licenciement et à investir 180 millions sur cinq ans dans la partie aval, la transformation de l’acier pour les filières automobile et packaging. "Le plan d'investissement est respecté et même dépassé. Il y a une dynamique de renouveau industriel et d'innovation", affirmait-on voici quelques jours à l'Elysée. De fait, 80% des investissements promis sont lancés, selon ArcelorMittal, et 50% réalisés ou en cours de réalisation.


Sur les 629 personnes concernées par l’arrêt de la filière liquide, "il ne reste plus que deux personnes à reclasser", dit Jacques Minet, secrétaire de la CFDT, le syndicat majoritaire. Une dizaine de salariés de Gepor, une filiale d’ArcelorMittal seraient aussi dans l’attente d’une solution. FO dénonce pourtant le déclin de l’emploi sur le site, qui n’emploie plus que 2.100 CDI et où la direction vient d’annoncer 30 embauches en 2015 alors que 130 départs sont prévus la même année, selon le syndicat.

Taubira et Abd el-Kader

Mai 2006 Taubira : « Il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits de leurs pères. » 

Plus d'articles...