Selon Jean-François Kahn, «Aymeric Caron fait plus le jeu du FN qu'Éric Zemmour»

Les excuses de Laurent Ruquier ont surpris et fait couler beaucoup d'encre. Le 14 mars dernier, dans son talk-show On n'est pas couché, l'animateur de France 2 avait exprimé ses regrets d'avoir donné la parole pendant cinq ans à Éric Zemmour au sein de son émission. Des regrets jugés «tardifs» par certains et injustifiés pour d'autres.

Mais à ceux qui estiment que les idées développées pendant cinq saisons par l'ancien chroniqueur de Laurent Ruquier ont participé à la montée du Front national en France, Jean-François Kahn répond qu'ils se trompent. Au cours de l'émission belge CQFD diffusé lundi, l'ancien directeur de Marianne a expliqué qu'on faisait le procès au mauvais chroniqueur. Pour lui, le chroniqueur qui permet au parti de Marine Le Pen de grimper dans les sondages n'est autre que... Aymeric Caron.

Lire la suite

Air France : la CGT prend une grosse claque aux élections professionnelles

Valérie Collet - lefigaro.fr

Premier syndicat de la compagnie, la CGT passe à la quatrième place aux élections professionnelles. Les organisations réformistes ont en revanche tous progressé.

La direction d'Air France jubile: la CGT, en opposition frontale avec les plans de réforme de la compagnie, a subi un échec cinglant aux élections professionnelles dont les résultats viennent d'être dévoilé vendredi. Toutes catégories de personnel confondues, la CGT a atteint 14,26% des voix, ce qui représente un recul de près de 4 points par rapport au précédentes élections de 2011.

C'est la CFE-CGC, alliée à l'Unac, qui décroche la première place avec 18,11% des points. Arrive ensuite FO- SNPNC (15,94%) puis l'Unsa Aérien (15,18%). La CFDT occupe la quatrième place (13,19%).
«Tous ces syndicats réformateurs ont signé notre projet Transform», se félicite un porte parole d'Air France qui souligne que le taux de participation a été exceptionnellement élevé à plus de 70%.

Lire la suite

Le saviez vous?

Les racines de la France sont musulmanes

 

Elle est socialiste

Rappel des vœux 2013 de notre président

....

2012 a donc été l’année où ensemble nous avons engagé le redressement. 2013 sera l’année de la mobilisation de tous pour le réussir. Toutes nos forces seront tendues vers un seul but : inverser la courbe du chômage d’ici un an. Nous devrons y parvenir coûte que coûte. Avec 150 000 emplois d’avenir pour les jeunes les plus éloignés du marché du travail. Avec les contrats de génération qui permettront de lier l’expérience du senior avec l’espérance du jeune. Ils prendront effet dès demain.

...

Voilà, le cap est fixé : tout pour l’emploi, la compétitivité et la croissance.

...

Vive la République ! Vive la France !

 

Rendez vous ce soir pour les vœux sur toutes les chaines de télévision

Le fils de Marisol Touraine incarcéré pour extorsion de fonds

Le fils de la ministre Marisol Touraine a été récemment incarcéré après une condamnation à une peine de prison ferme pour « extorsion de fonds » et « séquestration ». Selon nos informations, Gabriel Reveyrand de Menthon, 22 ans, fils de l'actuelle ministre des Affaires sociales et de la Santé, a été écroué au tout début de mois de septembre à la prison de la Santé à Paris.

Une incarcération qui intervient après une condamnation, au mois de mars dernier, à trois ans de prison ferme par les juges de la 10e chambre correctionnelle du tribunal de Paris. Aucun appel n'avait été déposé.

Toujours selon nos informations, l'affaire qui amène le fils de l'ex-présidente du conseil général d'Indre-et-Loire derrière les barreaux remonte au 2 mai 2011. Ce jour-là, vers 11h30, deux inconnus, le visage encagoulé et munis d'une arme de poing factice, font irruption dans l'appartement d'une femme de 59 ans, domiciliée dans le XIIIe arrondissement. Les deux hommes menacent la victime avant de vouloir la bâillonner.

Lire la suite

Interpellés avec le butin de cinq cambriolages, ils écopent d’un rappel à la loi

Trois Géorgiens ont été interpellés en possession de bijoux et parfums volés lors de cambriolages commis à Tourcoing, Wasquehal et Croix. Ils ont été remis en liberté avec un rappel à la loi.

Dans la nuit de vendredi à samedi, une patrouille de police tentait de contrôler le conducteur d’une voiture circulant de façon erratique dans le centre de Tourcoing. Le conducteur refusait d’obtempérer et continuait à rouler, à faible allure. Le véhicule était finalement stoppé avenue de la Marne. Les trois occupants tentaient de prendre la fuite à pied. Ils étaient finalement interpellés par une patrouille de la BAC. Deux suspects se trouvaient en possession de bijoux et parfums ainsi que de gants et tournevis.

Les policiers ont rapidement envisagé qu’il s’agisse du butin d’un ou plusieurs cambriolages. Les suspects ont immédiatement été placés en garde à vue. Pendant ce temps, les policiers ont recherché les divers cambriolages commis en cours de nuit. C’est ainsi que les enquêteurs ont pu établir que les bijoux et parfums provenaient de cinq cambriolages commis à Tourcoing, Wasquehal et Croix. Les suspects, trois Géorgiens âgés de 25, 32 et 44 ans, ont été remis en liberté à l’issue de leur audition. Ils ont écopé d’un simple rappel à la loi.

Une décision judiciaire qui irrite dans les rangs de la police alors que, comme le rappelle Olivier Dimpre, commissaire central, chef de la division de Tourcoing : « La lutte contre les cambriolages est actuellement une des priorités de la police du Nord. »

Question de priorité pour les socialistes

A l’ouverture de la séance, Claude Bartolone, a commencé son discours en citant les noms des 17 victimes des attaques à Charlie Hebdo, Montrouge et l’hypermarché casher de la Porte de Vincennes.

Puis chaque président de groupe politique s'est ensuite exprimé tour à tour avant l'intervention de Manuel Valls

Bruno Le Roux, président du groupe PS de l'Assemblée nationale, a affirmé que la priorité était de "combattre les amalgames. Les filières jihadistes, on verra après".

Guy Bedos : "Charlie Hebdo, qu'ils crèvent"

Source : lepoint.fr

 

C'était le 11 octobre 2012. Invité du site Varmatin.com, Guy Bedos est d'une humeur encore plus atrabilaire que d'habitude. C'est dire ! Il donne son avis sur les journalistes et dessinateurs de Charlie Hebdo. Il fait référence à l'affaire des caricatures de Mahomet, qui quelques mois plus tôt avait divisé la France. L'"humoriste" n'y va pas par quatre chemins. "Charlie Hebdo, c'est pas mes copains. Qu'ils crèvent... Ils ont pris des risques sur la peau des autres."

Et de se lancer dans des explications laborieuses pour tenter de justifier sa position. Son monologue se termine par un déroutant : "Ils ne me font pas rire." Deux ans plus tard, ces propos sidèrent. Ils méritent des excuses - au minimum des regrets - de la part de celui qui les a prononcés. À 80 ans aujourd'hui, il en avait alors 78 ans, Bedos n'a ni l'excuse de la jeunesse ni celle de l'immaturité. Il est parfois utile de faire amende honorable. Nous attendons donc que notre redresseur national des torts des autres se justifie ou plaide coupable... Aujourd'hui donc, Guy Bedos n'est pas Charlie. Comme un certain Jean-Marie Le Pen...

Et voilà...

Conséquence des mensonges staliniens de Mélenchon au cours de ce débat, et conséquence d’avoir “osé” écrire ce livre si vendu :
ZEMMOUR viré de i-télé. (Et sans doute de RTL et de Paris-Première dans les semaines à venir)
 
C'est ce que je me tue à dire depuis 30 ans : le socialisme aboutit toujours au totalitarisme. Il ne peut en être autrement car il n’en est qu’un des deux chevaux de Troie présentable, l’ultra-libéralisme étant l’autre cheval de Troie. (regarde aux USA. choix de société différent, résultat identique. Où est passée la liberté de parler et de penser aux USA ? Aux chiottes depuis le 11 septembre 2001, qui l’ignore encore ?)
 
Pour la pensée socialiste depuis toujours, un bon adversaire idéologique est un adversaire mort.
De même d’ailleurs que pour l’ultra-libéralisme, un bon concurrent est un concurrent mort.

Lire la suite...

Plus d'articles...