Cosse et Placé au gouvernement veulent rester conseillers régionaux

Source : Metronews.fr

Les deux petits nouveaux d'Europe Écologie Les Verts au gouvernement, Emmanuelle Cosse et Jean-Vincent Placé, refusent d'abandonner leur siège à la région Ile-de-France.

 

Leur famille politique, qui prend déjà très mal leur soutien au gouvernement, risque de déchanter un peu plus. Fraîchement arrivés au gouvernement Valls 3, pas question pour Emmanuelle Cosse et Jean-Vincent Placé de quitter les bancs de la région Ile-de-France.

Cosse, le reniement

A commencer par la nouvelle ministre du Logement dans le gouvernement Valls 3. Ce vendredi, elle a réaffirmé qu'elle gardait volontiers une place de conseillère régionale d'Ile-de-France. Il s'agit là de son seul mandat électif mais cette décision se heurte néanmoins aux règles internes du parti écologiste Europe Ecologie-Les Verts. En revanche, l'ex patronne d'EELV abandonnera la présidence de groupe au conseil régional. Une décision qu'elle a annoncé dans un mail adressé aux 14 élus du groupe écologiste et rendu public par France 3 Ile-de-France.

Une position vivement contestée par ses camarades écologistes pour celle qui réclamait lors de ses vœux à la presse début janvier une réforme constitutionnelle interdisant le cumul des mandats. Emmanuelle Cosse citait entre autres comme objectifs "la réduction du nombre d'élus" et "la poursuite de ce qui a été fait pour la réduction du cumul des mandats". Autre citation qui pèse lourd : lors de l'annonce des listes en course pour les élections régionales de 2015, Emmanuelle Cosse garantissait également "une liste militante ouverte sur la société... et garantie sans cumul". Des convictions qui semblent s'être volatilisées dès son arrivée au gouvernement.

Placé avait prévenu

Pour son collègue Jean-Vincent Placé, les choses sont un peu différentes. Nommé secrétaire d'Etat en charge de la réforme de l'Etat et de la simplification, il entend, lui aussi, garder son siège de conseiller régional d'Ile-de-France. "Je n’ai pas eu une once d’hésitation. Je suis contre le mandat unique. Il est important de conserver un mandat local", a confié le nouveau membre du gouvernement à son arrivée. Le président du mouvement de l’Union des démocrates et des écologistes depuis quatre mois, doit en revanche abandonner son siège de sénateur de l’Essonne.

La décision de l'ex d'EELV fait davantage sens : candidat dans l'Essonne lors des municipales en février 2014, il avait promis : "Si je suis élu, je démissionnerai de mon poste au conseil régional". Mais attention, pas trop de zèle non plus. Il avait rappelé que "les écologistes sont pour le non-cumul des mandats, mais pas pour le mandat unique. Nous sommes pour un ancrage local". Autant d'interprétation pour trouver de la cohérence à sa situation, c'est beau.

Valls : « Il faut aider l’islam à grandir et à se solidifier »

Le 23 Juin 2015 à la suite d’une grande table ronde sur la place de l’islam dans la République française, le premier ministre de la République française a déclaré : 

« Je suis convaincu que dans les années à venir, se joue dans le monde le rôle et la place de l’islam. Et ce rôle se joue en France parce que nous en avons la capacité et que des millions de musulmans vivent en France. Si nous montrons à la jeunesse que c’est ici que ça peut se passer, nous gagnons une bataille idéologique immense. »

« Il faut aider l’islam à grandir et à se solidifier »

Plus 20

Bien sûr : Jack Lang prend la défense du Qatar et de l'Arabie saoudite

Source : Lefigaro.fr

Le président de l'Institut du Monde Arabe s'insurge ce vendredi devant la multiplication des attaques qui visent les deux pays du Golfe depuis les attentats du 13 novembre 2015.

Deux semaines après les attentats du 13 janvier, les voix se multiplient dans la classe politique pour appeler la diplomatie française à clarifier ses relations avec le Qatar et l'Arabie saoudite. Deux pays alliés, mais dont le comportement ambigu à l'égard des mouvements islamistes fait grincer des dents à droite, et particulièrement au Front National, dont le numéro 2 Florian Philippot a déjà fait du Qatar l'une de ses cibles favorites. Force est de constater que peu de responsables se sont élevés ces derniers jours pour défendre la position du Quai d'Orsay, qui reste encore aujourd'hui en bon termes avec Doha et Riyad. Mais invité ce vendredi sur France Info, l'ancien ministre et président de l'Institut du monde arabe Jack Lang franchit le pas ce vendredi, et s'insurge contre les accusations qui ciblent ces deux pays du Golfe.


Interrogé sur les violations régulières des droits de l'homme et sur la condition des femmes dans ces deux pays, Jack Lang commence par s'agacer: «Si la politique internationale se traitait de manière aussi simple que vous l'imaginez…» L'ex ministre de la Culture de François Mitterrand monte ensuite rapidement en pression: «Vous voulez qu'on envahisse l'Arabie saoudite? Vous voulez que l'on se passe du concours de l'Arabie saoudite qui fait partie de la coalition pour lutter contre le terrorisme?», lance-t-il visiblement en colère. «L'Arabie saoudite d'aujourd'hui n'est pas celle d'il y a 20 ans. Si nous voulons gagner contre le terrorisme, nous devons rassembler le maximum de pays et de forces», fait valoir le président de l'IMA.

 

 

Quand Dupontel justifiait les attentats suicide

Dans la vidéo ci-dessous, Dupontel expliquait : « Quand on en arrive à se faire sauter … c’est qu’on est franchement désespéré. »

Lui même n'étant certainement pas antisémite, puisqu'il est de gauche, losrque les attentats se passent aux terrasses des cafés ou dans les salles de spectacle, Dupontel doit penser qu'il n’y a pas de différence entre les attentats en Israël et en France.

Laurent Fabius assure que le Qatar ne finance pas le terrorisme

Source : nouvelobs.com - Par Thomas Guénolé - Politologue

Invité au micro de RTL le 21 janvier 2015, Laurent Fabius a assuré que le Qatar ne finançait pas le terrorisme :

"Nous avions fait faire par nos services des enquêtes précises qui ont montré que ce n'est pas exact."

Pour Thomas Guénolé, politologue, c'est un mensonge éhonté et totalement incompréhensible.

Et d’ajouter :

"S'il était avéré que les choses changent, nous changerions nos modes de relations. Mais il n'est pas question, n'y d'accuser injustement, ni si peu que ce soit d'être complaisant avec le terrorisme qui est notre adversaire."

  

Il faut être clair : Laurent Fabius a menti. Fabius ne peut pas ignorer...

Laurent Fabius ne peut pas ignorer que, le 8 octobre 2012 sur "C dans l’air", Louis Caprioli, ancien sous-directeur de la lutte contre le terrorisme à la DST, a déclaré publiquement ceci :

"Des Français vont en Tunisie s’entraîner dans des camps djihadistes tunisiens financés par le Qatar, ou en Libye, notamment dans la région de Derna, où des gens s’entraînent avant d’aller faire le djihad en Syrie."

Laurent Fabius ne peut pas ignorer que, le 8 octobre 2012 dans un entretien à "La Dépêche du Midi", Yves Bonnet, ancien directeur de la DST, a déclaré publiquement ceci :

"Il y a aussi le problème de l’argent qui est alloué par des pays salafistes."

Puis, plus précis :

"On n’ose pas parler de l’Arabie saoudite et du Qatar, mais il faudrait peut-être aussi que ces braves gens cessent d’alimenter de leurs fonds un certain nombre d’actions préoccupantes."

Il ment sur les responsabilités qataries

Laurent Fabius ne peut pas ignorer que le 4 mars 2014, David Cohen, sous-ministre des Finances pour le terrorisme et le renseignement financier, a publiquement constaté ceci : le Qatar et le Koweït laissent opérer sur leur territoire les collecteurs de fonds du terrorisme. http://iipdigital.usembassy.gov/st/english/texttrans/2014/03/20140305295480.html

Laurent Fabius ne peut pas ignorer que le 30 septembre 2014, dans la revue de référence "Foreign Policy", un article d’investigation d’Elizabeth Dickinson expose ceci : en Syrie, le Qatar a directement financé les combattants islamistes parmi les plus radicaux jusqu’en 2013 ; et depuis 2013, il sous-traite ce financement. http://foreignpolicy.com/2014/09/30/the-case-against-qatar/

Laurent Fabius ne peut pas non plus ignorer que le Qatar est sponsor notoire du Hamas. Pour mémoire, à son article 9, la charte de ce mouvement armé palestinien islamiste prévoit la mise en place d’une théocratie. Or, dans une interview accordée à CNN le 25 septembre 2014, il a été demandé à l’actuel émir du Qatar si son pays continuerait à soutenir le Hamas. http://edition.cnn.com/2014/09/25/world/meast/qatar-emir/

L’émir a répondu ceci :

"Nous soutenons l’ensemble du peuple palestinien. Nous pensons que le Hamas est une composante très importante du peuple palestinien."

Façon alambiquée, mais tout de même claire, de répondre "oui".

Bref, quelques jours à peine après les funérailles des victimes des attentats, Laurent Fabius a menti sur les responsabilités qataries dans le financement du terrorisme. Reste à se poser une question très brève et très simple : pourquoi ?

Un agriculteur du Béarn condamné à indemniser des voleurs

Source : Le figaro.fr

 

L'homme avait perdu ses nerfs et réduit à l'état d'épave le fourgon d'un couple, qui avaient tenté de lui dérober du matériel, en le poussant dans un ruisseau avec un tractopelle.

Un agriculteur du Béarn a été condamné mercredi à indemniser, à hauteur de 2400 euros, des voleurs qui avaient tenté de lui dérober du matériel. Un jugement qui conclut une affaire rocambolesque.
Le 31 juillet, un homme et une femme s'introduisent dans un champ à Labastide-Cézeracq. Ils volent une batterie ainsi qu'un panneau solaire. Mais au même moment, l'agriculteur qui rentre chez lui, les repère. Un échange musclé débute, alors que les voleurs tentent de prendre la fuite. Dans la précipitation, ils arrachent un câble d'irrigation. Excédé, l'agriculteur sort totalement de ses gonds. Il monte dans un tractopelle, pousse le fourgon du couple dans un ruisseau et le réduit à l'état d'épave.
Les voleurs décident de porter plainte. Avant le procès de mercredi, qui devait statuer sur les intérêts civils réclamés par chaque parti, un premier jugement avait été rendu par le tribunal correctionnel de Pau le 2 décembre. L'agriculteur, qui avait tenté de justifier son geste par l'enchaînement des vols contre les agriculteurs, a été condamné à 3000 euros d'amende avec sursis tandis que les deux voleurs ont écopé de 70 heures de travail pour la femme et à trois mois de prison ferme pour l'homme.
Épilogue

Ce nouveau procès sur les intérêts civils de ce dossier était donc en quelque sorte l'épilogue de cette affaire. La justice n'a pas tranché en faveur de l'agriculteur. En effet, ce dernier a été condamné à verser à la femme du couple 1500 euros pour préjudice matériel car elle était propriétaire du fourgon, 500 euros pour préjudice moral et 400 euros pour sa «perte de chance à caractère professionnel». En contrepartie, le couple a également été condamné à verser solidairement 449,39 euros à l'agriculteur pour le préjudice matériel.

Pavoiser

Source : Le Figaro

François Hollande a proposé aux Français de participer à l'hommage national qui sera rendu vendredi aux victimes des attentats du 13 novembre en accrochant chez eux un drapeau français ou, selon les mots du porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, «en ayant la possibilité de pavoiser (leur) lieu d'habitation avec un drapeau bleu blanc rouge, les couleurs de la France».

Une idée qui rappelle celle de Ségolène Royal, juste avant l'élection présidentielle de 2007. Le 23 mars 2007, la candidate du Parti socialiste avait souhaité «que tous les Français (aient) chez eux le drapeau tricolore. Dans les autres pays, on met le drapeau aux fenêtres le jour de la fête nationale». Cette volonté de se réapproprier les symboles de la nation - comme d'entonner la Marseillaise - marquait selon elle «une étape historique pour la gauche, qui avait cru devoir abandonner l'hymne national à l'extrême droite».

L'idée fut loin de créer l'adhésion. Elle avait même déclenché un tollé, parmi les autres candidats de la gauche. Sur Canal + le 25 mars, Olivier Besancenot (LCR) avait déclaré: «Ça me choque et ça me fait flipper. Il y a La Marseillaise, plus l'identité nationale, plus les drapeaux (…), ça crée un petit climat (...)». Sur France 2, il n'avait pas mâché ses mots non plus: «Si la gauche essaye de créer l'espoir sur le drapeau bleu-blanc-rouge alors que les questions sociales sont là, je pense qu'elle va perdre les élections. J'invite le Parti socialiste à retrouver la raison.» Les Verts assuraient eux être «catastrophés par la tournure nationaliste» de la campagne. Et José Bové, au Salon du Livre, évoquait une «troublante surenchère»: «Je dirais à Mme Royal que le chauvinisme et le nationalisme n'ont jamais été des valeurs de gauche». Marie-George Buffet (PCF) avait jugé lors d'un meeting à Nantes que «ces deux symboles (le drapeau et la Marseillaise) appartiennent au peuple» et qu'«on ne va pas se les disputer comme des bouts de chiffon».

A l'époque, les socialistes avaient été pris de court par les déclarations de Ségolène Royal alors que les drapeaux français faisaient plutôt mauvais genre dans les meetings du PS. «Mais l'eau a coulé sous les ponts depuis!», sourit aujourd'hui un proche du chef de l'Etat. Interrogé le 26 mars 2007 sur France Inter, François Hollande avait expliqué que cette proposition de Ségolène Royal devait être «remise dans son contexte». Au passage, il avait glissé avoir un drapeau chez lui «depuis longtemps», «dans la cuisine»: «les Coupes du monde y sont pour beaucoup». Le même jour, dans une déclaration à la presse, il avait essayé de clore le sujet: «La Marseillaise et le drapeau tricolore sont un patrimoine commun. La droite en aurait le monopole? Ça n'a pas de sens!»

Quand VALLS aurait pu éviter les massacres en France qu'il a laissé faire par pure idéologie

 

L'accusation est grave. "Valls doit s'expliquer. Selon les révélations de Valeurs il a refusé il y a 2 ans un fichier de djihadistes français opérant en Syrie", a tweeté mercredi soir le directeur de la rédaction de l'hebdomadaire Valeurs Actuelles, Yves de Kerdrel. Assénant dans la foulée : "Si la France avait pu disposer de ce fichier de terroristes, beaucoup de victimes innocentes n'auraient pas perdu la vie. Quelle honte !"

Comment la gauche caviar trahit le peuple

Les banlieues françaises de Daech

Source: Causeur.fr
Auteur : Fabrice Balanche


Après ce vendredi noir, je ne vois pas comment le gouvernement français va pouvoir continuer à dire “ni Daech ni Bachar” et rester aligné sur les puissances sunnites du Moyen-Orient. Les terroristes ont été formatés par l’idéologie salafiste sponsorisée par l’Arabie Saoudite, indirectement financés par le Qatar et autres “donateurs privés”, soutenus militairement par la Turquie, pays par lequel ils transitent sans problème. Les intellectuels islamo-gauchistes nous expliqueront que c’est la faute à Bachar Al-Assad car s’il avait quitté le pouvoir en 2011, la Syrie serait aujourd’hui une démocratie laïque (bien sûr, on les croit sur parole). Si Bachar Al-Assad n’existait pas, il faudrait l’inventer car il résume pour toute une classe intellectuelle française l’origine du mal.

Lire la suite

Plus d'articles...