C'est le bordel rue saint Denis

La présence de DSK à l'anniversaire de Julien Dray sème la zizanie au sein du PS

Conviés par Julien Dray à venir célébrer son anniversaire dans un bar parisien, ce samedi soir, plusieurs ténors du PS (Ségolène Royal, Pierre Moscovici et Manuel Valls notamment) se sont esquivés si tôt qu'ils se sont rendus compte que... DSK était lui aussi de la fête.

Le gros pataquès du jour.

Décidément, l'ancien patron du FMI n'en finit plus de faire parler de lui ce week-end. Après son interview accordée au Guardian vendredi, puis celle du journaliste Edward Epstein à Libé hier (deux sorties médiatiques qui n'ont d'ailleurs pas manqué de faire réagir, à droite notamment), c'est à Paris, hier soir, que DSK a semé la zizanie.

Deux photos postées sur Twitter C'est Saïd Mahrane, journaliste au Point, qui s'est fait l'écho de cette soirée vécue par plusieurs dirigeants du PS, à une semaine du second tour de l'élection présidentielle. Et ce en postant deux photos, l'une de DSK, l'autre de Manuel Valls, arrivant à la soirée d'anniversaire de Julien Dray, dans un bar de la rue Saint-Denis, à Paris.

 

DSK rue st DenisManu se barre en courant, François va le gronder

 

"Dire que j'aurai rencontré Dominique Strauss-Kahn à cette occasion serait diffamatoire" Une présence à laquelle n'ont absolument pas goûté Ségolène Royal et Manuel Valls notamment, qui ont, sitôt au courant de la présence de DSK, pris la poudre d'escampette, avant même de l'avoir croisé. Ségolène Royal a même été jusqu'à déclarer : "Dire que j'aurai rencontré Dominique Strauss-Kahn à cette occasion serait diffamatoire", comme le rapportent nos confrères du Point. C'est dire si la chose est à la fois redoutée et prise au sérieux...

Royal : "Inadmissible" de la part de Julien Dray "Je suis allée dans ce bar avec ma fille fêter l'anniversaire de Julien Dray, nos enfants sont amis, mais je ne savais pas que Dominique Strauss-Kahn était également invité. En l'apprenant, nous sommes tout de suite reparties et nous ne l'avons pas croisé", a-t-elle encore déclaré, avant de préciser que Manuel Valls en avait fait autant. Selon Europe 1, Pierre Moscovici aurait eu la même réaction. Ségolène Royal a enfin jugé "inadmissible" que Julien Dray ne lui ai rien dit avant.