Claude Bartolone organise une réception à l'Assemblée pour décorer son frère

Source : LeFigaro.fr

LE SCAN POLITIQUE - Le restaurateur Renato Bartolone va être décoré de l'ordre national du mérite jeudi par son propre frère, qui organise une réception à l'Assemblée nationale pour l'occasion.

Quatre mois après avoir été nommé chevalier de l'ordre national du mérite, le restaurateur et frère du président de l'Assemblée nationale Renato Bartolone va enfin recevoir sa médaille. Une réception se tiendra jeudi à 18 heures dans les somptueux salons de la présidence du palais Bourbon, indique l'agenda de Claude Bartolone, confirmant une information du Canard enchaîné.
«Je ne veux plus de cette décoration!»

Le patron du Marco Polo a été honoré via le contingent du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, pour célébrer ses «34 ans de service». Mais la publication de cette information à la veille des élections régionales avait semé le trouble. Claude Bartolone briguait alors la présidence de la région Île-de-France. Le risque d'une polémique avait conduit les frères Bartolone à la prudence.


«Je ne veux plus de cette décoration! Si ça fout le bordel, je n'en veux pas. Moi je n'ai rien demandé», s'insurgeait le 11 février dernier Renato Bartolone auprès du Scan et de quelques quelques convives de son restaurant italien du VIe arrondissement. Claude Bartolone aura semble-t-il réussi à le convaincre de récupérer sa médaille. Les deux frères sont très proches. Renato, «c'est celui qui a réussi dans la famille», confiait Claude Bartolone en septembre.

Si la décoration en elle-même ne choque pas l'opposition, la réception à l'hôtel de Lassay est jugée «dérangeante et désagréable» par le député LR de Paris, Bernard Debré. «Je suis sans voix. Après on va aller pointer du doigt tous les responsables politiques», a-t-il regretté jeudi au micro de RMC. «Il n'a qu'à faire ça chez lui dans son restaurant! Claude Bartolone se croit tout permis et chez lui (à l'Assemblée)», s'est exclamé l'ancien ministre.
Une colère qui n'est toutefois pas partagée par le député LR Daniel Fasquelle: «Cela ne me choque pas dès lors que les frais ne sont pas pris en charge par l'Assemblée nationale. Ça sera à vérifier».